CAN 2021 : la présélection des Scorpions et des Lions indomptables

CAN 2021 : la présélection des Scorpions et des Lions indomptables

Dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations de 2021, les médias africains ont révélés la présélection de plusieurs équipes du continent comme celle des Scorpions et des Lions indomptables, qui devront dès janvier 2022 se lancer dans la première phase de la compétition selon le calendrier match CAN 2021.

La présélection des joueurs camerounais 

Pays hôte de la CAN 2021, la fédération camerounaise a annoncé la liste de présélection des joueurs qui devront affronter les équipes du Groupe A, dès le 9 janvier 2022. 

Dans cette liste on y retrouve plus de 40 noms, dont différents joueurs évoluent en Ligue 1 comme Ignatius Ganago (RC Lens), Karl Toko Ekambi (OL), Yvan Neyou (ASSE), Jean Onana (Girondins), Enzo Ebosse (Angers SCO), Harold Moukoudi (ASSE), Jean-Claude Billong (Clermont Foot), Ambroise Oyongo (MHSC), Jean-Charles Castelletto (FC Nantes), ainsi que Stéphane Bahoken (Angers SCO).

Le sélectionneur des Lions indomptables, Toni Conceiçao, compte réduire cette liste à plus de 30 joueurs avant la fin de cette année. La Coupe de l’Afrique 2021, devra se disputer du 9 janvier au 6 février.

La présélection des joueurs de la Gambie

Vendredi dernier, le sélectionneur national de la Gambie, Tom Saintfiet a révélé sa liste de joueurs présélectionnés dans le cadre de la préparation de la Coupe d’Afrique des Nations 2021. Le sélectionneur a choisi d’intégrer dans sa liste élargie, Mahdi Camara.

L’ex-footballeur belge, a révélé sa liste provisoire de 40 joueurs pour entamer les derniers préparatifs de la toute première contribution de l’équipe gambienne à la Coupe d’Afrique des Nations. Au sein de cette liste, on peut trouver, Mahdi Camara, le milieu de terrain de Saint-Etienne, qui constitue la grande cible de Tom Saintfiet .

En effet, le sélectionneur a déclaré qu’il compte faire du joueur de 23 ans l’un des piliers de son effectif pour l’avenir. Selon les médias africains, l’ancien joueur belge a réussi à convaincre le milieu de terrain de faire partie des Scorpions, après plusieurs tentatives. Néanmoins, il faut attendre les matchs de la Gambie, selon le calendrier match CAN 2021, afin de voir si Mahdi Camara assistera à sa première Coupe d’Afrique des nations.

CAN 2021 : les actualités des équipes sélectionnées pour la compétition africaine

CAN 2021 : les actualités des équipes sélectionnées pour la compétition africaine

À seulement quelques semaines du lancement de la Coupe d’Afrique des nations 2021, les équipes sélectionnées se préparent en espérant donner le meilleur d’elles est de devenir le champion de la compétition africaine. Dans ce cadre, la Guinée a opté de miser sur Kaba Diawara, alors que l’Algérie souhaite réaliser un doublé après son dernier titre de 2019.

La Guinée a choisi de miser sur Kaba Diawara 

La Guinée devra disputer les matchs de la compétition africaine, d’après le calendrier match CAN 2021, avec son ancienne gloire Kaba Diawara. En effet, après qu’il a été nommé sélectionneur intérimaire suite à la mise à l’écart de Didier Six, la Guinée a annoncé officiellement de prolonger la durée de trois mois avec l’ancien attaquant de Nice, du PSG et de l’OM, en signant son nouveau contrat avec la fédération guinéenne de football en coopération avec le ministère des Sports guinéen.

D’après les médias africains, Kaba Diawara devra percevoir plus de 30 000 euros par mois afin de remplir les fonctions de sélectionneur, ce qui est le même salaire que percevait son prédécesseur. Un bilan devra être réalisé juste à la fin de la Coupe d’Afrique des nations 2021, afin de pouvoir juger si le sélectionneur restera dans l’aventure ou pas.

Alors qu’il a débuté dans ses fonctions durant le mois de novembre, l’ancien adjoint a fait un match nul contre la Guinée Bissau, avant d’enregistrer une défaite face au Maroc, heureusement que ces deux rencontres sont sans importance dans les éliminatoires de la Coupe du monde de 2022. Selon le calendrier match CAN 2021, lors de la compétition africaine, l’équipe de la Guinée devra rencontrer les équipes du groupe B, celles du Malawi, du Zimbabwe et du Sénégal.

L’Algérie espère remporter une troisième CAN 

Après son titre bien mérité lors de la CAN de 2019 face au Sénégal, l’Algérie voudrait bien remporter le doublé durant la CAN 2021. En effet, après le CAN 2019 et une série de plus de 33 matchs sans défaite, l’équipe des Fennecs est devenue la nation à abattre, battant ainsi le record en Afrique. Se trouvant dans un groupe relevé constitué de la Guinée Équatoriale, de la Sierra Leone et de la Côte d’Ivoire, l’équipe algérienne tentera tout d’abord de s’extraire de la première phase afin de remporter pour la deuxième fois de suite la Coupe d’Afrique des nations.

CAN 2021 : les préparations des équipes sélectionnées pour la compétition africaine

CAN 2021 : les préparations des équipes sélectionnées pour la compétition africaine

Selon les dernières actualités partagées sur les réseaux sociaux, ainsi que révélées par les médias, la Fédération zimbabwéenne de football a pu confirmer la nomination de Norman Mapeza afin d’assurer les fonctions de sélectionneur. En outre, d’après les dernières nouveautés le pays organisateur de la CAN 2021, a révélé la liste de ses 40 joueurs présélectionnés pour affronter les équipes du groupe A, à savoir, le Burkina Faso, le Cap vert et l’Ethiopie, selon le calendrier match CAN 2021.

Le sélectionneur Mapeza assurera la direction des Warriors

Selon les médias africains, la fédération zimbabwéenne de football a affirmé la nomination d’un nouveau sélectionneur pour la Coupe d’Afrique des nations qui devra débuter au Cameroun en janvier 2022. En effet, d’après le communiqué publié par la fédération, Norman Mapeza âgé de 49 ans a pu hériter de ce poste depuis septembre dernier afin de remplacer le sélectionneur croate Zdravko Logarusic, après avoir été démis de ses fonctions. Certes, son premier contrat avait une durée limitée, toutefois l’entraîneur zimbabwéen avait grand espoir de voir son contrat se prolonger pour les dernières phases de la Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu au Cameroun en janvier 2021.

D’après les médias du Zimbabwe, la fédération de football du pays avait annoncé qu’il sera l’entraîneur des guerriers pour la CAN 2021 la semaine dernière avant de rétracter au bout de 24 heures de sa décision. La fédération a finalement décidé de confirmer la nomination de Norman Mapeza ce dimanche, afin d’assurer les fonctions de sélectionneur de l’équipe nationale dès le lancement de la compétition africaine, selon le calendrier match CAN 2021.

Le nouveau sélectionneur des Warriors a nommé Benjani Mwaruwari, l’ex-attaquant de Manchester City et Auxerre, comme son adjoint. Pour l’instant, le bilan du nouvel entraîneur n’est pas trop positif puisque son équipe à enregistré quatre défaites en autant de matchs dans le cadre des rencontres éliminatoires de la Coupe du Monde de 2022.

Les joueurs camerounais présélectionnés pour la CAN 2021

Toni Conceição, le sélectionneur portugais des Lions indomptables, a annoncé les 40 joueurs qui ont été présélectionnés afin de participer à la Coupe d’Afrique des nations de 2021 et défendre les couleurs du Cameroun. En effet, il a pu retenir plusieurs joueurs qui évoluent en Ligue 1 tels que Enzo Ebosse (Angers SCO), Yvan Neyou (ASSE) ou encore Karl Toko Ekambi.

CAN 2021 : le sélectionneur du Nigeria est renvoyé à seulement 28 jours de la compétition

CAN 2021 : le sélectionneur du Nigeria est renvoyé à seulement 28 jours de la compétition

Alors que la Confédération africaine de football (CAF) a dévoilé le  calendrier match CAN 2021, la fédération nigériane de football a révélé dans un communiqué officiel la nomination d’Augustine Eguavoen au poste de sélectionneur intérimaire de l’équipe nationale. La fédération a tenu a précisé que l’ancien coach et joueur de Bordeaux, Gernot Rohr a été démis de ses fonctions. 

Un nouveau sélectionneur pour le Nigeria 

La fédération nigérienne de football a publié dans son communiqué que la relation entre les Super Eagles et Gernot Rohr a pris fin sans donner plus de détails sur les raisons réelles de la fin de mandat de l’ancien joueur bordelais qui assure ses fonctions depuis 2016. 

Le changement du sélectionneur du Nigeria vient à seulement quelques semaines du lancement de la Coupe d’Afrique des nations 2021, qui aura lieu au Cameroun. Durant cette compétition africaine tant attendue par les fans du football du continent, le Nigeria devra affronter pour les équipes faisant partie du groupe D, selon le  calendrier match CAN 2021 fixé par la Confédération africaine de football. Le groupe D est constitué de l’équipe des Pharaons, la Guinée et le Soudan.

Qui est Gernot Rohr ?

En poste depuis août 2016, l’ancien coach et joueur de Bordeaux, a pu conduire l’équipe des Super Eagles vers les barrages de la Zone Afrique pour la Coupe du monde, ainsi qu’à la qualification pour la Coupe d’Afrique des nations 2021. Toutefois, la fédération nigérienne de football a décidé que Gernot Rohr ne fera pas partie de la compétition. 

D’après le communiqué publié par la fédération dans les réseaux sociaux, il sera remplacé par Augustin Eguaoven qui assurait avant les fonctions de directeur technique et qui devrait occuper le poste de sélectionneur par intérim durant la CAN 2021.

Coupe de théâtre et à la surprise de tous les membres de l’équipe, l’ancien sélectionneur a été poussé vers la sortie à moins d’un mois du lancement de la compétition africaine. Selon des sources internes, le sélectionneur a été démis de ses fonctions à cause des critiques qui n’arrêtent pas de peser sur le manque de fond de jeu de l’équipe nigérienne et des dernières contre-performances, telle que la défaite qu’a enregistré les Super Eagles, face à la Centrafrique en octobre dernier.

Certes, le timing de la démission interpelle, toutefois le sujet portant sur le licenciement du sélectionneur de 68 ans était abordé depuis mi-novembre après la qualification de l’équipe nigérienne pour les barrages de la prochaine Coupe du monde.

Partenariat : l’Union européenne compte renforcer ses relations avec le Congo

Partenariat : l’Union européenne compte renforcer ses relations avec le Congo

Le 25 novembre dernier, Giacomo Durazzo, le nouvel ambassadeur de l’Union européenne dans les deux Congo a pu faire part de la volonté de l’institution qu’il représente d’améliorer et de consolider sa coopération avec la République du Congo afin d’intensifier davantage la coopération entre les deux parties.

Renforcer les relations entre l’Union européenne et le Congo 

Dans la capitale congolaise, le nouvel ambassadeur de l’Union européenne au Congo, a assuré le 25 novembre dernier le souhait de l’Union européenne de renforcer et d’améliorer le partenariat avec le Congo. En effet, l’ambassadeur de l’UE a affirmé à la suite de sa rencontre avec Christel Sassou Nguesso, le ministre de la Promotion du partenariat public-privé et la Coopération internationale, la volonté de l’Union de consolider les relations avec le Congo.

L’échange entre les deux personnalités a formé un cadre de rencontre directe permettant ainsi l’évaluation de leur partenariat. L’ambassadeur de l’UE, à cet effet, a pu procéder à la présentation de la situation des lieux de l’exercice de programmation de la nouvelle coopération entre son institution et le Congo, des domaines de priorités, mais aussi l’identification des différents programmes et projets à lancer dans les prochains mois.

Giacomo Durazzo a affirmé que cette rencontre était une prise de contact très intéressante et très intense permettant de faire un petit bilan des partenariats entre le Congo et l’Union européenne afin de pouvoir mieux projeter dans l’avenir. L’ambassadeur assure que le partenariat avec le Congo est assez bon et peut encore se renforcer et d’améliorer les années à venir.

Les relations entre le Congo et l’Union européenne.

Il est important de mentionner que les relations entre le Congo et l’UE reposent encore sur le plan de développement qui vise à appuyer l’intégration régionale en diversifiant l’économie et en réparant les infrastructures de transport, sans oublier la bonne gouvernance. Une coopération au beau fixe existe déjà entre les deux entités depuis plusieurs années. Consultez les différents plans de développement mis en place entre le Congo et l’UE en cliquant ici.

BAD : plus de la moitié des objectifs stratégiques du pays 2018-2022 ont été atteints au Congo

BAD : plus de la moitié des objectifs stratégiques du pays 2018-2022 ont été atteints au Congo

Selon le communiqué officiel de l’institution financière, la Banque africaine de développement révélé au niveau de son site web, les objectifs fixés au niveau du plan stratégique du Congo allant de 2018 à 2022 ont été atteints à 50 %.

L’évolution de la situation congolaise depuis 2018

Après deux années de mise en œuvre, au niveau du premier pilier du DSP, les réalisations concernent essentiellement le lancement de la nouvelle agence nationale de développement de l’aquaculture et de la pêche et l’agence de développement de l’agriculture. Au niveau de l’agroforesterie, il est important de mentionner que depuis 2018, le nombre d’hectares exploités a franchi plus de 15 %. En outre, près de 390 km de pistes rurales ont pu être mis en place, des techniques de gestion de la fertilité des sols ont été mises en œuvre et trois ponts de franchissement ont été bâtis au niveau des pistes agricoles réhabilitées.

Afin d’améliorer l’accès à l’énergie, plusieurs recherches ont été menées sur la ligne à haute tension qui est de 216 km, permettant de desservir plusieurs communes. Ces études ont été validées. 

Le plan d’électrification au Congo a pour but d’améliorer l’accès à l’électricité aux citoyens d’une façon durable, afin de perfectionner les conditions de vie de la population congolaise. Le plan Perco vise essentiellement à électrifier plus d’une soixantaine de localités dont la Cuvette-Ouest, la Cuvette, les Plateaux, la Bouenza, ainsi que des différents départements de Pointe-Noire.

Les objectifs de ce projet 

Ce projet congolais compte construire 71 postes moyenne et basse tension de 630 à 50 KVa, plus de 216 km de lignes moyenne tension de 35 et 33 kilovolts, l’installation de 2 255 foyers d’éclairage et la mise en place de plus de 5 100 branchements.

Selon l’institution financière sur les piliers en relation au renforcement du capital humain et à la gouvernance, trois indicateurs sur six ont été réalisés. Les plus importants résultats concernent le diagnostic approfondi du domaine des pensions de retraite, le paiement numérique des salaires, la demande de l’électricité et de l’énergie au niveau des deux Congo.

Les choix appartiennent à la République démocratique du Congo selon Eve Bazaiba

Les choix appartiennent à la République démocratique du Congo selon Eve Bazaiba

La République démocratique du Congo a dernièrement découvert des gisements de pétrole dans le parc national des Virunga, ainsi que dans l’Equateur, à Luki dans le Congo central et au niveau des deux Congo. Eve Bazaiba, la ministre congolaise de l’Environnement, est partagée entre la lutte contre le changement climatique et l’exploitation de ces gisements de pétrole. En effet, pour elle, la communauté internationale est tenue à apporter une réponse claire au manque à gagner social et économique. 

Le gouvernement doit faire son choix

La ministre congolaise de l’Environnement a assuré que les choix appartiennent aux autorités congolaises, en affirmant qu’il est important de protéger l’environnement aussi bien pour l’intérêt de l’humanité et du monde, mais aussi pour le propre intérêt du pays.

Toutefois, le Congo se trouve devant un dilemme. En effet, les réserves pétrolières constituent le baromètre économique quand un pays à un accès assez difficile à ces ressources, le prix des biens et des services montent. Par conséquent, c’est le coût de la vie qui est en hausse. Néanmoins, quand un pays a un accès facile au pétrole, ce sont les coûts des biens et des services qui baissent et les citoyens pourront avoir accès à un niveau de vie plus accessible.

Est-ce que le gouvernement devrait ne pas exploiter le pétrole afin de protéger l’environnement ?

Selon la ministre de l’Environnement, il est essentiel de mentionner qu’en protégeant l’environnement, cela ne servira pas uniquement le peuple congolais, mais aussi toute l’humanité tout en veillant à conserver la biodiversité et à capter les pollutions.

Eve Bazaiba affirme que le Congo vise à mettre sur la balance pétrole et coût de vie des citoyens congolais. Le pétrole devra rester dans le sol. Il est important de rappeler que au sein du pays il y a d’autres fonds et d’autres alternatives afin de développer l’économie congolaise. Toutefois, s’il n’existe aucune alternative, il ne faut pas considérer le pétrole comme des poissons dans l’aquarium. C’est pour cette raison que les autorités congolaises sont en train de parler avec les différents collaborateurs internationaux afin de développer le secteur financier et technique. Pour découvrir les perspectives économiques du RDC, vous pouvez consulter ce site web.

Le Congo souhaite accueillir les producteurs de batteries

Le Congo souhaite accueillir les producteurs de batteries

Mercredi dernier, la République démocratique du Congo s’est positionnée comme étant une destination compétitive dans le monde dans le secteur de la production des batteries pour les véhicules électriques, tout en mettant en évidence le coût d’investissement qui est le moins cher sur son territoire.

La République démocratique du Congo attire les producteurs de batteries

Félix Tshisekedi, le chef de l’Etat congolais, a affirmé lors de l’ouverture du forum pour le développement de la chaîne de valeur africaine dans le domaine que son pays constitue l’une des destinations les plus compétitives au monde pour l’installation des usines de fabrications de batteries, et ce, dans l’objectif d’attirer plus de 46 000 milliards d’ici 2050 et 8 000 milliards de dollars de revenus issus de la vente des véhicules électriques d’ici 2025.

Prévu sur seulement deux jours, ce forum a été lancé en présence de  Hakainde Hichilema, le chef de l’État de la Zambie, la Banque africaine de développement et des organisations telles que la Commission économique pour l’Afrique, ainsi que plusieurs délégués originaires de différents pays le Gabon, le Maroc, les deux Congo… etc.

Différentes entreprises spécialisées dans ce secteur comme Panasonic, Bosch et Tesla ont été aussi représentées durant ce forum. Julien Paluku, le ministre congolais de l’Industrie, a assuré que pour qu’une usine de fabrication de batteries s’installe dans un pays, il faut plus de 110 millions de dollars à investir aux Etats-Unis, plus de 65 millions de dollars en Pologne et plus 111 millions de dollars en Chine. Au Congo, c’est plus de 35 millions de dollars, soit trois à deux fois moins que dans ces 3 pays.

M. Paluku, la demande mondiale est estimée entre 250 et 144 millions de véhicules qui ont une nécessité de batteries.

Selon le représentant du groupe financier, ces chiffres, qui ont été révélés dans le site web lors d’une étude de Bloomberg, affirment que le coût destiné au développement des usines des batteries est faible en République démocratique du Congo. Toutefois, il pourra ouvrir des opportunités en Afrique. Le représentant a affirmé qu’il est important de développer une chaîne de valeur des énergies propres et des batteries.

Congo : Vodacom a annoncé la nomination de madame Pamela Ilunga en tant que directrice générale Adjointe

Congo : Vodacom a annoncé la nomination de madame Pamela Ilunga en tant que directrice générale Adjointe

Dès le 19 novembre dernier, madame Pamela Ilanga a été nommée la nouvelle directrice Général Adjoint du Vodacom Congo. Selon les médias des deux Congo, la décision de sa nomination a été prise par le Conseil d’Administration de Vodacom Congo. Madame Ilunga sera aux côtés du directeur général, monsieur Khalil Al Americani afin de pouvoir assurer tous les aspects en liaison avec le développement durable, la gestion des Relations Extérieures et de la Communication, mais aussi la gestion de la fondation Vodacom.

Le cursus professionnel de madame Pamela Ilunga 

Étant nommé en 2015 à Vodacom Congo au poste de directrice des Ressources Humaines, madame Pamela Ilunga a pu réussir durant son mandat à redorer l’image de cette fonction surtout auprès des employés et de la délégation syndicale, permettant ainsi d’assurer avec brio le parcours de la transformation numérique. Par l’intermédiaire de son sens de direction et son charisme dans le leadership, l’entreprise a pu obtenir et conserver le titre de Meilleur employeur durant plus de 5 ans à l’affilée.  

Ayant plus de 16 ans d’expérience dans les fonctions du leadership et de ressources humaines acquis grâce à son travail dans plusieurs domaines en RDC, au Gabon et en Afrique du Sud, madame Pamela Ilunga est titulaire d’un certificat en gestion d’entreprise de la Wtis Bursiness School, un B.com en gestion des Ressources Humaines de l’Université de Pretoria et a pu faire partie en 2018 de la cohorte de Vodafone Inspire Allumni en collaboration avec la London Business School.

Les perspectives de l’entreprise 

Le directeur général de Vodacom Congo, monsieur Khalil Al Americani a affirmé que la nomination de madame Pamela Ilunga au poste de directrice générale Adjointe ne peut que confirmer la stratégie de l’entreprise Vodacom Congo qui a pour objectif d’offrir à ses salariés un véritable plan de carrière. L’entreprise souhaite avant tout renforcer la matérialisation et le message de sa vision sur l’inclusion des femmes aux plus hauts postes de direction. C’est pour cette raison que le directeur général affirme qu’il est confiant que la nouvelle directrice générale adjointe pourra apporter un nouveau souffle, ainsi qu’une riche perspective à Vodacom dans la mise en place de sa mission qui vise à connecter la nation pour un meilleur avenir. Découvrez les nouveautés de Vodacom Congo en cliquant ici.

Congo : le calendrier assez serré pour l’accord avec l’entreprise Glencore

Congo : le calendrier assez serré pour l’accord avec l’entreprise Glencore

Le gouvernement congolais a affirmé qu’il se donne un an afin d’assurer la renégociation de la créance du Congo envers le géant mondial Glencore. En marge de la rencontre africaine de l’énergie, African Energy Week, qui a eu lieu en Afrique du Sud du 9 au 12 novembre, le ministre congolais des Hydrocarbures et de l’Énergie, Bruno Itoua, a assuré que les autorités souhaitent parvenir à un accord avec Glencore durant 2022. Dans le cas contraire, les autorités congolaises pourraient rechercher une tierce partie afin de racheter sa dette envers l’entreprise de négoce anglo-suisse.

Accord avec le géant du négoce

Le ministre de l’Énergie et des Hydrocarbures congolais, a affirmé que le gouvernement n’a pas perdu espoir et que le Congo est sûr qu’il trouvera une solution avec le géant du négoce. En outre, Bruno Itoua a expliqué que le gouvernement espère ne pas attendre encore un an afin de pouvoir arriver au bout de toute cette affaire. Le géant du négoce a été contacté plusieurs fois par des médias des deux Congo toutefois, Glencore n’a pas voulu faire de commentaire à ce sujet.

Les conditions d’accès au marché financier sont devenues dures  

Entre 2016 et 2015, Glencore, a affirmé qu’avec l’appuie d’un consortium des banques, le géant du négoce a accordé plus de 800 millions de dollars aux autorités congolaises, dont le pays est censé être remboursé par l’intermédiaire des livraisons de pétrole durant une période allant jusqu’à 5 ans. Ces mécanismes de prépaiement sont devenus populaires auprès de quelques producteurs africains d’hydrocarbures surtout après la crise financière de 2008, ainsi que le durcissement des conditions d’accès au marché de capital.  

Néanmoins, la chute des prix du brut a compliqué encore plus l’équation surtout au niveau des pays en Afrique. Au cours de ces 12 dernières années, le prix du baril de brut a reculé au-dessus des 100 dollars atteignant entre 2015 et 2017 une fourchette de 60 à 40 dollars. Depuis, le prix du baril dépasse 80 dollars.

Cette situation qui a durement touché l’économie du pays induisant un endettement de plus 100 % du PIB, ces dernières années, a contraint le Congo-Brazzaville à renégocier son endettement chez les traders.

Si un accord a été signé avec Trafigura, les différentes négociations avec Glencore ont pris du retard en enregistrant des divergences existant comme au niveau de la décote que le géant du négoce devrait accepter sur la somme de cette dette. Afin d’en savoir encore plus concernant ce sujet, vous pouvez consulter ce site web.