Browsing Category

General

General

Diversification économique au Congo : les experts de la banque africaine de développement sont en séjour de travail au Congo

June 27, 2021

La Banque Africaine de développement a effectué en collaboration avec les techniciens de l’Institut international pour l’agriculture, une mission de haut niveau dans la capitale congolaise. En effet, selon les responsables de la BAD, l’institution financière compte soutenir les deux Congo afin de mettre en place un plan d’actions visant à développer le secteur agricole dans la région.

La mission de la BAD au Congo

La mission de cette rencontre qui a réuni les responsables de la banque africaine de développement et les experts de l’Institut international pour l’agriculture, au sein de la capitale congolaise, est principale la prise de contact entre les ministres de l’Agriculture, de l’Aménagement du Plan et du territoire, des Affaires foncières, et la conseillère du chef de l’Etat en matière d’Agriculture et l’équipe de la banque africaine de développement conduite par Serge Marie Nguessan, le directeur général adjoint de l’institution financière.

Serge Marie Nguessan a tenu à rappeler que la présence de son équipe fait suite à la visite du président de la Banque Africaine de développement durant le mois de mai dernier dans la ville de Oyo. Durant les échanges entre le président congolais et le président de l’institution financière, les deux présidents ont assuré leur souhait de diversifier les ressources économiques du pays tout en mettant l’accent sur le secteur agricole.

Pour ce faire, le chef de l’état a demandé au haut responsable de la banque africaine de le soutenir afin que le pays puisse atteindre son objectif.

Un partenariat entre le Congo et la BAD

C’est pour cette raison que le haut responsable de la banque africaine de développement a pu mettre en place une équipe afin d’assurer une mission de haut niveau de son institution au niveau de la capitale congolaise. Cette mission vise à innover au niveau de la mise en place d’un programme transformateur afin que son exécution se fasse dans les plus brefs délais pour que les résultats soient palpables le plus tôt possible.

La banque africaine de développement constitue l’un des partenaires stratégiques les plus importants pour la République du Congo. Le partenariat entre le Congo et l’institution financière est très vieux et il date depuis plus de 50 ans.

En effet, la banque a déjà investi plus de 1000 milliards de dollars au Congo. La banque africaine de développement à un portefeuille très significatif d’environ 645 millions de dollars dans les différents secteurs économiques du pays dont la gouvernance, les transports, l’agriculture, l’énergie et les infrastructures.

Afin de découvrir plus sur les actualités congolaises, vous pouvez consulter le journal de l’Afrique.

General

La Mauritanie et le Sénégal deviendront des producteurs de gaz en 2023 malgré l’expansion de la maladie virale

June 7, 2021

Malgré le retard enregistré au sein du développement de la province gazière de Grand Tortue causé par la propagation de la pandémie, la production devrait démarrer dans deux ans. Certes, le délai du début de la production aurait pu être plus long, toutefois l’engagement des différentes parties prenantes dans le projet a pu jouer un rôle important au sein de l’établissement de cet agenda.

Visitez le site web officiel du journal africain afin de découvrir les actualités du continent.

Les conséquences économiques de la pandémie 

Avec l’apparition de la maladie virale et son expansion dans les quatre coins du monde, l’année dernière, plusieurs projets de construction, les finances des entreprises du domaine et le développement de projet pétro gaziers ont été gravement affectés. En effet, l’impact de la pandémie a atteint un niveau que même les entreprises tablent sur une légère reprise durant 2021. En outre, plusieurs projets de production et d’exploration ne pourront pas démarrer comme il est prévu cette année.

Malgré ces conditions assez particulières, Sophie Gladima, la nouvelle ministre sénégalaise du Pétrole, a affirmé que la production de GNL au sein de la région de Grand Tortue qui se trouve au niveau des eaux maritimes des deux pays la Mauritanie et le Sénégal, devrait débuter en 2023.

La nouvelle ministre a assuré que plusieurs activités en liaison avec le développement comme les phases de construction sur différents sites dans le monde, la mobilisation des différentes ressources et des personnes, ainsi que les installations ont été affectées. Toutefois, le Sénégal s’est concentré sur le développement de son projet pétrolier afin de pouvoir atteindre son objectif d’entamer la production à partir de 2023.

Durant la phase initiale du projet, Komos Energy et BP devront pouvoir produire plus de 2.5 millions de tonnes de GNL par an et extraire plus de 70 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour. 

Les recettes issues de l’exportation de ces produits qui seront importants selon le convertisseur dollar en cfa, seront divisées à parts égales entre le Sénégal et la Mauritanie.

Malgré que la grande majorité de la production est surtout destinée à l’exportation, le Sénégal devra prévoir de se servir de sa part de gaz pour la production de l’énergie à travers la centrale flottante avec du GNL.

General

La digitalisation en Afrique : le premier forum portant sur le numérique tuniso-congolais aura lieu à Kinshasa du 5 au 9 juillet

June 7, 2021

Le groupe d’entreprise du secteur des technologies, le Consortium tunisien Get it a annoncé l’organisation du premier forum tuniso-congolais du 5 au 9 juillet à Kinshasa, portant sur les technologies de l’information et le numérique en collaborant avec l’Ambassade de la République tunisienne au RDC. Selon les médias locaux, les entreprises spécialisées dans le digital et les technologies de la communication et de l’information tunisiennes ainsi que des deux Congo devront être présents au Forum.

Le forum tuniso-congolais 

Le consortium tunisien Get it qui regroupe plus de 20 sociétés tunisiennes pionnières et actives dans le secteur de la numérisation, des services numériques et du conseil ainsi que des nouvelles technologies et l’édition ainsi que la mise à jour des logiciels a été créé il y a plus de 15 ans.

Selon l’une des responsables marketing du Consortium, Nourchéne Bouaissa, plusieurs succursales du groupe se trouvent au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique, où il a pu réussir à mener à bien plus de 1 800 projets au sein de 25 pays et constitué de plus de 2500 experts en technologie. 

Selon Bouaissa, la République démocratique du Congo a pu présenter une grande opportunité aux sociétés tunisiennes en matière de TIC ainsi que de numérique.

D’après l’ambassadeur de Tunisie résidant à Kinshasa, Adel Bouzekri Rmili, ce forum constitue une première en son genre et entre dans le cadre du suivi des résultats de la troisième édition du Forum économique tuniso-congolais qui a eu lieu à Kinshasa du 22 au 26 mars durant cette année. Ce forum a été marqué par la présence du ministre des Affaires étrangères, de l’immigration et des Tunisiens de l’étranger.

L’ambassadeur tunisien qui est aussi représentant du pays au sein du marché commun de l’Afrique australe et orientale a affirmé que ce forum aura lieu du 5 au 6 juillet au Congo-Brazzaville ainsi qu’à Kinshasa les 7, 8 et 9 juillet prochains.

L’ambassadeur tunisien qui représente son pays dans les quatre pays, la Zambie, l’Afrique centrale, l’Angola, le Congo-Brazzaville et la République démocratique du Congo a aussi assuré que son pays constitue l’un des pays africains qui sont leaders dans le secteur des technologies, la numérisation ainsi que la communication.

Découvrez toutes les nouveautés portant sur le continent africain en visitant le journal de l’Afrique

General

Congo-Brazzaville : le pays vise son indépendance énergétique

June 7, 2021

Selon les dernières actualités partagées par le journal de l’Afrique, le Congo-Brazzaville compte dégager d’importantes quantités excédentaires d’électricité pour lesquelles le pays devra trouver des débouchés à l’exportation. Cette information a été annoncée par Serge Blaise Zoniaba, le ministre de l’énergie et de l’hydraulique durant la double célébration d’une part de l’extension de la centrale thermique à gaz de Djeno et d’autre part lors de la pose de la premières pierres marquant le lancement des travaux de construction de la raffinerie Atlantique Pétrochimique. Cette cérémonie qui a eu lieu le 21 février dernier au sein du département de Pointe-Noire dans le village de Fouta, a été marquée par la présence du président de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso.

Le lancement des travaux de la nouvelle raffinerie congolaise 

Se trouvant à près de 30 km de Pointe-Noire, le village Fouta est en passe de devenir l’un des véritables pôles économiques au sein du département. Selon les médias congolais, le 21 février dernier, les ponténgrins et les ponténgrines ont bravé le temps pluvieux et nuageux afin d’assister à la célébration qui marque le point de départ du lancement d’un nouveau projet dans le village, la pose de la première pierre de la nouvelle raffinerie qui constitue la deuxième du pays.

Le lancement des travaux de construction de la nouvelle raffinerie congolaise constitue certainement une bonne nouvelle pour les citoyens qui pourront retrouver prochainement le pétrole lampant au sein des différentes stations de services suite à plusieurs années de pénurie. Cette décision, apportée par le président congolais, devra apporter un début de soulagement aux différentes attentes des compatriotes.

Jean François Kando, le président du Conseil municipal et départemental de la capitale économique, qui a assuré l’ouverture du bal des allocutions a tenu à exprimer le bonheur de ses concitoyens.

Le président départemental de Pointe-Noire a affirmé qu’aujourd’hui les habitants du village réalisent avec bonheur qu’ils ont repris leur place dans le cœur du président. Il a aussi assuré que les actions concrètes ne peuvent que soulager et conforter la population congolaise.

Le ministre de l’énergie et de l’hydraulique, a affirmé que l’implantation de cette raffinerie permettra de jouer un rôle important au sein de l’économie des deux Congo puisqu’elle contribuera à ouvrir des perspectives pour la centrale électrique congolaise dont la capacité actuelle est de 145 méga watt.

General

Congo-Brazzaville : le nouveau Premier ministre et le nouveau gouvernement congolais

June 7, 2021

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a annoncé dans un communiqué officiel la décision de nommer un nouveau Premier ministre, le 12 mai dernier. En effet, le ministre de l’Enseignement de l’ancien gouvernement, Anatole Collinet Makosso est tenu à constituer son nouveau gouvernement et d’entamer ses fonctions dans les plus brefs délais.

Découvrez toutes les actualités congolaises en consultant le journal de l’Afrique.

Le Congo a un nouveau Premier ministre

Selon le communiqué officiel publié par le général Florent Ntsiba, le directeur de cabinet du président Sassou Nguesso, Anatole Collinet Makosso a été nommé à la tête du nouveau gouvernement congolais remplaçant ainsi l’ancien chef de gouvernement Clément Mouamba qui a occupé ce poste depuis 2016.

Il est important de mentionner que Clément Mouamba a annoncé sa démission le 5 mai dernier suite à la cérémonie de serment du chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, le 16 avril dernier, après avoir été réélu pour un nouveau mandat présidentiel en mars dernier.

Qui est le nouveau Premier ministre congolais ?

Né en 1965, Anatole Collinet Makosso, a commencé sa carrière politique en 1990 en occupant plusieurs postes dont directeur de cabinet ainsi que conseiller du préfet du Kouilou dans la capitale économique congolaise Pointe-Noire. Ayant une formation d’enseignant, Anatole Collinet Makosso est aussi écrivain connu au niveau des deux Congo. Il a occupé le poste de conseiller du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso en 1998 avant de devenir directeur de cabinet de la première dame, Antoinette Sassou Nguesso.

En 2011, Anatole Collinet Makosso fait son entrée au gouvernement en tant que ministre de la Jeunesse et l’instruction civile avant d’occuper le poste de ministre de l’Enseignement secondaire et primaire en charge de l’alphabétisation, en 2016. Il a été également directeur de campagne adjoint du président congolais durant les dernières élections présidentielles.

Selon le communiqué officiel annoncé le 12 mai dernier, le nouveau chef de gouvernement a désormais la mission de former son nouveau gouvernement dans les plus brefs délais. Le nouveau gouvernement est tenu à lutter efficacement contre la corruption, tout en faisant face aux problèmes sociaux et d’améliorer les différentes conditions d’accès à l’électricité et à l’eau. Il sera aussi tenu à mettre en œuvre plusieurs promesses de la campagne du chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso en faveur de la jeunesse congolaise.

General

Sénégal : raccordement de plus de 60 000 foyers aux réseaux d’eau au niveau de Nguékokh

May 17, 2021

La ville de Nguékokh vient d’être raccordée aux réseaux d’eau au Sénégal, par la société de distribution et d’exploitation d’eau potable en zone péri-urbaine et urbaine, Sen’Eau. La société nationale des eaux du Sénégal a pris en charge les différents travaux réalisés. 

Améliorer de l’accès en eau potable au Sénégal

Dans le cadre du projet d’amélioration de l’accès en eau potable au sein de la commune de Nguékokh mis en place par le président Macky Sall, la Sones ou société nationale des eaux du Sénégal a pu construire un château d’une capacité pouvant atteindre 1 100 m3. Cette installation permettra de soutenir un château d’eau qui existe déjà et qui a une capacité de 220 m3. La Sones a pu aussi mettre en place plus de 56 Km de conduites supplémentaires afin de renforcer les 20 Km déjà existants. L’alimentation des châteaux d’eau de la commune se fait grâce à 2 forages. Ces installations affichent une capacité journalière totale de plus de 5 000 m3.

Selon les avis des experts, la nouvelle adduction d’eau potable devrait approvisionner plus de 60 000 personnes dans la commune ainsi que les autres localités environnantes.

La société nationale des eaux du Sénégal a également pu raccorder Nguékokh au réseau de la société de distribution et d’exploitation d’eau potable en zone péri-urbaine et urbaine. L’extension du réseau d’eau potable a pu permettre d’effectuer plus de 5 000 branchements sociaux.

Le gouvernement sénégalais a permis le déblocage de 3.2 milliards de francs CFA selon le convertisseur CFA, afin de renforcer l’approvisionnement en eau potable au sein de la commune de Nguékokh.

Ces travaux qui s’inscrivent dans le cadre du projet d’assainissement et de l’amélioration de l’accès d’eau dans les différents milieux urbains dans le pays, ont été mis en place depuis 2015, par la Sones. 

Selon les experts, ce projet devra comporter 5 composantes, dont le programme complémentaire d’urgence de l’alimentation en eau potable de la capitale sénégalaise, l’incorporation de Nguékhokh dans le renforcement de l’AEP au niveau de la Petite côte, la réalisation du programme de 20 000 branchements sociaux, la mise en place du projet de dessalement au niveau de la Grande côte et l’apport de l’appui au niveau du schéma directeur de distribution et d’adduction du triangle Petite côte-Thiès-Dakar.

Visitez le site web du journal africain afin de découvrir les actualités du continent.

General

Sénégal : le gouvernement compte construire des fermes aquacoles continentale et marines

May 17, 2021

Les autorités sénégalaises comptent construire durant cette année plusieurs fermes aquacoles continentales et marines, dont la mise en service est attendue pour les premiers mois de 2022. Selon le ministre de l’Économie maritime et des Pêches, Alioune Ndoye, ces fermes devront permettre la création de plus de 1 000 postes d’emploi au Sénégal et la production de plus de 2 500 tonnes de poissons-chats. Ce type de projet permettrait d’améliorer le taux de conversion du CFA au niveau du convertisseur CFA.

Le nouveau projet aquacole


Le ministre de l’Économie maritime et des Pêches, Alioune Ndoye a pu présider une cérémonie de signature d’une convention relative au financement à la gestion et à la conception de fermes aquacoles continentales et marines, entre les différents partenaires institutionnels du Sénégal.

Selon les experts, ce type de convention constitue un accord entre le Fonds souverain d’investissements stratégiques du Sénégal, dirigé par le président Macky Sall, le bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent, l’agence nationale pour l’aquaculture, ainsi que l’office des lacs et des cours d’eau dans le pays.

D’après le ministre, l’objet de cet accord est de mutualiser les différentes institutions et structures signataires afin de relancer le développement d’une Aquaculture durable et industrielle dans le pays.

Selon Alioune Ndoye, les autorités sont bien conscientes du rôle stratégique et important de l’aquaculture dans la création d’emplois pour les femmes et les jeunes et dans l’approvisionnement en produits halieutiques se sont engagés dans cette activité qui est considérée comme ayant un fort potentiel de développement économique.

Le ministre s’est dit convaincu de la mise en place du projet qui constituera l’un des projets déclencheur de l’émergence de l’aquaculture commerciale au pays.

General

Sénégal : le président instruit la mise en service du train express régional pour novembre prochain

May 17, 2021

Le gouvernement a entamé les travaux de construction du Train express régional en 2017, afin qu’il puisse desservir la capitale sénégalaise. Constituant le projet phare mis en place par le président Macky Sall, le Train express régional devra former l’épine dorsale du transport à Dakar, une ville qui est en expansion continuelle avec ses 3 millions d’habitants.

Ce projet qui a coûté plusieurs millions de dollars selon le convertisseur CFA, permettrait de relier Dakar à Diamniadio.

La mise en service du Train express régional 

Selon les médias sénégalais, la première phase de la mise en service du Train express régional devrait avoir lieu durant le quatrième trimestre de 2021. En effet, d’après les objectifs fixés par le président sénégalais, la première phase de mise en service du Train serait durant le mois de novembre prochain. Selon le communiqué final des travaux, durant le Conseil des ministres du mercredi 5 mai, le chef d’Etat sénégalais a affirmé au ministre des transports terrestres, des infrastructures, et du désenclavement, de tout mettre en place afin de lever toutes les contraintes en liaison avec l’exploitation commerciale du Train au plus tard en novembre 2021.

La première section qui aura plus de 36 km de long devra permettre de relier en seulement 35 minutes, le centre de la capitale à la ville nouvellement dédiée aux affaires Diamniadio, en passant par la grande banlieue de Dakar. La seconde section qui a plus de 18 km permettra de relier la ville de Diamniadio vers l’aéroport international du Sénégal.

TER participera à la décongestion de Dakar 

Actuellement, les deux voies ferrées reliant Diamniadio à Dakar sont terminées, grâce à la contribution du français Eiffage, le sénégalais CSE et l’entreprise turc Yapi Merkezi. Les différentes rames qui ont été mises en place Alstom, ont déjà été réceptionnées.

Le train express régional qui a une capacité de transport de 115 000 voyageurs pourra jouer un rôle important dans la décongestion de la capitale sénégalaise qui selon les dernières statistiques devrait compter plus de 5 millions d’habitants à l’horizon 2030.

Il est important de mentionner que Dakar abrite plus de 25 % de la population totale du pays, plus de 87 % des emplois permanents et 50 % de sa population urbaine.

Pour en savoir encore plus cliquez ici.

General

Coronavirus : la Chine offre un don sous forme de 300 000 doses de vaccin contre le Covid-19 au Sénégal

May 17, 2021

Le Sénégal devra recevoir durant les prochains jours, un don constitué par plus de 300 000 doses de vaccin produits par les laboratoires Sinopharm, a indiqué l’ambassade de Chine dans la capitale sénégalaise. 

La Chine apporte son soutien au Sénégal 

Selon le communiqué publié au sein des réseaux sociaux par l’ambassade de Chine à Dakar, dans le cadre du témoignage de la solidarité et de l’amitié entre Pékin et Dakar, les autorités chinoises offrent plus de 300 000 doses de vaccin Sinopharm, ainsi que 300 800 seringues et aiguilles, au Sénégal. Ce don permet d’épargner ainsi au pays de payer plusieurs milliers de CFA, selon le convertisseur CFA, afin d’acquérir les vaccins anti-Covid-19.

Il est important de rappeler que ce dernier a déjà acquis plus de 200 000 doses des laboratoires chinoises en début de l’année. L’organisation mondiale de la santé a assuré vendredi dernier l’homologation du vaccin Sinopharm en urgence, malgré que cette homologation, plusieurs dizaines de pays ont déjà utilisé ce type de vaccin afin de lutter contre l’expansion de la maladie virale.

La Chine a décidé de faire don de plusieurs lots de vaccin en faveur de plusieurs pays. En effet, en mettant les vaccins à disposition du continent africain, le géant asiatique veut mener une manifestation de sa diplomatie en Afrique là où il a une forte présence.

Les responsables sanitaires sénégalais ont assuré que jusqu’à mercredi dernier, plus de 430 000 sénégalais ont été vaccinés avec au moins une injection. Le gouvernement a affirmé que près de 40 702 cas de contamination et plus de 1 121 décès, et ce, depuis mars de l’année dernière.

Le président remercie le gouvernement chinois

Le président du Sénégal, Macky Sall a tenu à remercier son homologue chinois sur les réseaux sociaux pour ce geste de solidarité qui renforce encore plus les relations diplomatiques entre les deux pays.

D’après les médias locaux, les doses de vaccin devront arriver à la capitale sénégalaise par Air Sénégal, vers la fin de la semaine.

Selon les médias locaux, le chef de l’Etat a tenu à saluer le gouvernement chinois pour son don qui a permis au pays d’être l’une des premiers pays du continent ayant lancé sa campagne de vaccination.

Pour avoir plus d’informations sur le sujet vous pouvez consulter le site officiel du journal de l’Afrique.

General

Congo-Brazzaville : le président regagne la capitale ce mercredi suite à son séjour de travail à Oyo

May 17, 2021

Le chef d’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso compte regagner la capitale Brazzaville le mercredi le 12 mai, suite à son séjour de travail qui a eu lieu à Oyo au niveau du département de la Cuvette. Le président sera attendu par plusieurs membres du gouvernement sortant, à l’aéroport international de Maya-Maya.

Le président regagne la capitale 

Après un séjour de travail effectué dans le département de la Cuvette, à Oyo, le président congolais regagne la capitale congolaise, le 12 mai. Selon les médias locaux des deux Congo, le président sera accueilli au niveau de l’aéroport international de Maya-Maya par les différents membres du gouvernement sortant qui devront être conduits par Clément Mouamba, le Premier ministre démissionnaire.

Le président congolais qui a séjourné à Oyo, depuis le 21 avril dernier, suite à son investiture pour un nouveau mandat présidentiel, a tenu le 10 mai dernier, à rendre hommage, comme chaque année, à maman Emilienne Mouébara. Le président a assuré qu’il affectionnait Maman Emilienne, envers qui Denis Sassou Nguesso est resté attaché fermement, et ce, depuis son décès à Paris, le 10 mai 1982.

Intensifier les activités diplomatiques 

Le président n’a pas hésité de déployer une intense activité diplomatique, depuis son arrivée au bord de l’Alima. Pour ce faire, il a reçu plusieurs hauts responsables comme Abdelkerim Idriss Deby le directeur adjoint du cabinet civil du président du Conseil militaire de la transition, Gilberto Da Piedadé Verissimo, le président de la Commission de la CEEAC et Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine. 

En effet, le chef de l’Etat a effectué des entretiens qui se sont focalisés essentiellement sur l’analyse de la situation politico-sécuritaire au Tchad. En outre, le président a rencontré Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement, qui a affirmé le soutien de son institution au Congo-Brazzaville pour les cinq prochaines années au niveau des secteurs de la gouvernance, les transports, l’agriculture, l’énergie et les infrastructures.

Dans trois semaines, le pays aura un nouveau gouvernement ainsi qu’un nouveau Premier ministre.

Découvrez les dernières nouveautés en consultant le journal de l’Afrique.