General

Congo-Brazzaville : la mise en place d’une commission afin de garantir la transparence des finances publiques dans le pays

September 5, 2021

Selon le journal de l’Afrique, le Fonds monétaire international a exigé du gouvernement congolais de mieux gérer les transactions financières dans le pays. Pour ce faire, les autorités ont pu mettre en place une nouvelle Commission nationale pour la responsabilité et la transparence afin d’assurer la gestion des finances publiques. Toutefois, la société civile congolaise s’interroge encore sur les missions réelles de cette Commission.

La Commission nationale est sous la tutelle du ministre de la Justice

La Commission ne possède pas de pouvoir de répression. En effet, selon les experts, les différentes enquêtes et études menées par la commission sont soumises à l’évaluation du ministre de la Justice dont la Commission est sous sa tutelle. D’après Monsieur Mana Fouafoua, la Commission nationale pour la responsabilité et la transparence est une institution indépendante, néanmoins elle a le pouvoir d’exécution. Il est important de savoir que parmi le gouvernement qui est destinataire du rapport de la commission, il y a aussi le ministre de la Justice. Ce dernier doit prendre la décision s’il faut pour exécuter la punition ou pas. En effet, c’est à lui de faire son travail.

Brice Makosso qui est l’un des membres de la coalition du Congo, Publiez ce que vous payez, s’interroge sur les conséquences de la tutelle du ministre de la Justice en affirmant qu’il ne comprend pas pourquoi les autorités a admis de mettre la commission nationale sous la tutelle du ministère de la Justice. En effet, il craint que cette commission a été mise en place pour rien, en ajoutant que ce n’est pas le ministre de la Justice qui a le droit d’assurer la gestion de la fiscalité du pays ou encore ses finances. Le gouvernement a dû mettre la commission sous la tutelle du ministre des Finances, afin qu’elle puisse travailler effectivement.

Les membres de la commission 

D’après les autorités des deux Congo, la Commission nationale pour la responsabilité et la transparence dans la gestion des finances publiques n’est constituée que par des membres hommes. Deux de ses membres ont été nommés par la presse et deux par la société civile. Les autres membres ont été désignés par le Sénat, l’Assemblée nationale et les responsables des institutions. Ce mode de désignation ne démontre pas que les membres représentent les autorités.

You Might Also Like