General

Congo-Brazzaville : l’érosion fait des ravages dans le pays

July 27, 2021

Plusieurs ceintures de ravins s’étendent à perte de vue apportant une preuve sur l’étendue des ravages causés par l’érosion au niveau des deux Congo. En effet, sur un rayon de deux kilomètres, plusieurs habitats se sont retrouvés après les pluies torrentielles au fond du gouffre laissant derrière eux plusieurs personnes sans maison.

Les conséquences de l’érosion au Congo 

Plusieurs citoyens ont été affectés par les ravages de l’érosion dans le pays. En effet, selon une habitante du quartier, les citoyens congolais sont fatigués d’en parler de ce problème, en insistant à démontrer l’état de sa maison qui est au fond du ravin. Plusieurs personnes ont déclaré au journal de l’Afrique, qu’ils sont obligés de repartir de zéro et de rebâtir de nouveau leur maison. C’est une situation assez horrible, de voir leur maison tombée en ruine sous leurs yeux à cause des pluies récurrentes. Plusieurs personnes n’ont pas supporté de voir cette image et elles sont mortes.

D’après le coordinateur du collectif des sinistrés, Jacques Ngombi, la grande majorité des citoyens qui habitent cette zone, accuse les multiples travaux entrepris dans cette zone qui n’ont pas été achevés à temps. Cette entreprise chinoise, qui a été chargée de construire plusieurs digues afin de pouvoir évacuer les eaux territoriales, n’a pas achevé ses travaux de construction. Néanmoins, plusieurs experts dans le secteur assurent que la vérité est bien ailleurs. En effet, selon le directeur de l’environnement à Pointe-Noire, Aimé Gérard Loembat, les sols congolais sont victimes d’une sorte de lessivassions des différents éléments minéraux. C’est pour cette raison que certains sites sont destinés à la construction alors que d’autres non. 

Sandra Tchinianga, spécialiste en restructuration de quartier précaire et architecte bioclimatique, qui a consacré une partie de ses recherches sur ce problème, a affirmé que les villes congolaises ont grandi d’une façon subite sans pour autant que les infrastructures suivent cette évolution. Par conséquent, plusieurs personnes ont dû s’installer dans les zones destinées à l’agriculture et l’élevage. Par ailleurs, la scientifique tient à démotiver toute personne qui compte acquérir ce type de terrain.

Déjà plusieurs habitant ont choisi pour le déménagement forcé alors que d’autres qui estiment qu’ils n’ont nulle part où aller ont opté de rester chez eux, en espérant de freiner l’avancée des érosions

You Might Also Like