Congo, Madagascar et Côte d’Ivoire : les dirigeants africains qui devront être présents lors de la rencontre du Medef

Congo, Madagascar et Côte d’Ivoire : les dirigeants africains qui devront être présents lors de la rencontre du Medef

D’après le journal de l’Afrique, les 24 et 25 août prochains, le continent devrait tailler la part du lion dans la capitale française durant la rencontre des entrepreneurs francophones qu’organise le Mouvement des entreprises de France. Selon les médias internationaux, plus de 400 dirigeants africains devraient être présents durant cet événement.

La rencontre avec des entrepreneurs 

Il est vrai que le gotha politique africain ne sera pas très bien représenté comme c’était le cas durant le sommet dirigé par le président français, Emmanuel Macron, durant le mois de mai, qui a porté sur le financement des économies africaines et a attiré plus d’une trentaine de chefs de gouvernement et d’Etat. Lors de cette rencontre, différents panels sont prévus, le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi, sera la vedette de l’événement, ainsi que le président du Madagascar, Andry Rajoelina.

En outre, les deux Congo seront présents avec le ministre du Numérique Désiré-Cashmir Kolongele Eberande, le ministre de la Jeunesse, Yves Bunkulu Zola, pour la RDC, ainsi que le ministre du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé, Nick Fylla de Saint-Eudes et ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Rigobert Roger Andely pour la République du Congo.

Parler ensemble d’une même voix

Les chefs et dirigeants d’entreprise se bousculent aussi afin de participer aux travaux inscrits dans le programme. Il est important de mentionner que sur les 456 patrons ayant 31 nationalités différentes qui devront être présents dans la rencontre, plus de 380 d’entre eux viennent du continent africain dont de la Tunisie, du Togo, du Sénégal, de l’île Maurice, le Maroc, la Madagascar, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo, le Congo-Brazzaville, le Cameroun et l’Algérie.

Les chefs des groupes miniers de République démocratique du Congo et de la Mauritanie seront très attendus tels que les pontes du secteur agro-alimentaire togolais et la fine fleur des banquiers marocains.