Congo : redynamiser le développement agricole grâce à la filière de cacao

Congo : redynamiser le développement agricole grâce à la filière de cacao

Les autorités congolaises souhaitent réhabiliter les anciens sites de plantation, grâce à la mise en place d’une politique agricole axée essentiellement sur l’organisation des groupements paysans. En effet selon le journal de l’Afrique, cette nouvelle stratégie a été proposée par Paul Valentin Ngobo, le ministre de tutelle, aux différents responsables travaillant au sein des départements de l’agriculture, le mercredi dernier au sein de la capitale congolaise.

Des terrains agricoles à l’abandon

D’après l’étude effectuée par plusieurs experts agricoles, plusieurs hectares de cacao, ainsi que les plantations de l’Etat qui ont été détenus autrefois par plusieurs producteurs locaux sont presque à l’abandon. Il est important de mentionner que plusieurs régions forestières de la Likouala et de la Sangha ont abrité plusieurs étendues de plantations de cacao dont les récoltes seraient exportées à plusieurs marchés étrangers notamment le Cameroun. Différentes localités du Kouilou et de la Cuvette possèdent plusieurs plantations de cacaoyer.

Selon Gamard Diahouakoule, le directeur départemental agricole de Likouala, la main-d’œuvre et les planteurs sont disposés à travailler afin d’essayer de booster le secteur. En effet, durant la dernière récolte, les petits paysans ont pu produire plus de 450 tonnes, une récolte qui a été commercialisée dans les deux Congo. À l’instar de la Cuvette, les planteurs attendent toutefois de l’appui des autorités afin de pouvoir assurer l’amélioration de leur productivité.

Le soutien apporté par le gouvernement doit cibler les différents besoins des agriculteurs congolais. D’après le directeur départemental de l’agriculture de la Cuvette, au niveau de la région les autorités ont prévu de mettre en place toute une campagne dans le cadre du Projet de cacao. Puisque le volet de commercialisation du cacao n’est pas assuré, plusieurs hectares ont été abandonnés par les producteurs dans la région. Gamard Diahouakoule a aussi insisté sur l’importance de la formation des agriculteurs de la région tout en créant de la voie d’accès au marché.

Il est important de mentionner qu’il y a plus de 2 ans, les autorités congolaises ont pu grâce à la mise en place du plan d’appui au développement de l’agriculture commerciale, commander une étude qui est censée relancer la filière cacao au sein du pays.