La commission congo-camerounais des frontières se réunit à Ouesso

La commission congo-camerounais des frontières se réunit à Ouesso

Des experts camerounais et congolais se sont réunis au niveau du département de la Sangha, du 12 au 15 juillet, dans le cadre de la 4e commission mixte des frontières entre les deux pays qui se trouvent en Afrique centrale.

Lors de l’ouverture de l’événement, Guy Georges Mbacka, le ministre de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et du Développement local a tenu à affirmer que le Cameroun et les deux Congo n’avaient pas de différend frontalier.

La commission mixte entre le Congo et le Cameroun

Guy Georges Mbacka, le ministre de l’Administration du territoire, a tenu affirmer devant Raymond Zéphirin Mboulou, le ministre de la Sécurité et de l’Ordre public, ainsi que Paul Atanga Nji le ministre de l’Administration territoriale dans le gouvernement camerounais, il n’existe pas de conflit frontalier entre les deux pays.

En effet, le ministre a ajouté que la seule question qui préoccupe les autorités des deux pays concerne essentiellement l’espacement des différentes bornes qui se trouvent au sein de la forêt dense. L’espace entre les bornes est jugé assez grand estimé à plus de 20 km les uns des autres. Les deux pays sont tenu de préserver cette forêt qui est très riche en biodiversité.

Le ministre a affirmé que les assises de Ouesso qui sont succédés par celle de Douala au Cameroun, ayant lieu du 19 au 22 février, doivent permettre d’activer le chronogramme des différentes activités mises en place par la commission de 2020 à 2022 pour qu’elles atteignent 2022.

La restitution des résultats de la recherche documentaire et la redéfinition du calendrier des différentes missions dirigées par des experts sont aussi à l’ordre du jour, durant cette session mise en place dans un contexte assez particulier dû à la propagation de la maladie virale, le Covid-19.

La commission mixte des frontières constituée par des membres Camerounais et d’autres Congolais, définit le cadre d’échange et de concertation des deux pays, permettant de répondre aux différentes recommandations du programme mis en place au niveau du frontière de l’Union africaine.

Le ministre de l’Administration camerounaise, a affirmé au journal de l’Afrique que cette commission mixte constitue désormais le cadre institutionnel et juridique permettant ainsi l’examen des différents sujets en liaison avec la réaffirmation des frontières communes et sa démarcation.