Le Congo souhaite accueillir les producteurs de batteries

Le Congo souhaite accueillir les producteurs de batteries

Mercredi dernier, la République démocratique du Congo s’est positionnée comme étant une destination compétitive dans le monde dans le secteur de la production des batteries pour les véhicules électriques, tout en mettant en évidence le coût d’investissement qui est le moins cher sur son territoire.

La République démocratique du Congo attire les producteurs de batteries

Félix Tshisekedi, le chef de l’Etat congolais, a affirmé lors de l’ouverture du forum pour le développement de la chaîne de valeur africaine dans le domaine que son pays constitue l’une des destinations les plus compétitives au monde pour l’installation des usines de fabrications de batteries, et ce, dans l’objectif d’attirer plus de 46 000 milliards d’ici 2050 et 8 000 milliards de dollars de revenus issus de la vente des véhicules électriques d’ici 2025.

Prévu sur seulement deux jours, ce forum a été lancé en présence de  Hakainde Hichilema, le chef de l’État de la Zambie, la Banque africaine de développement et des organisations telles que la Commission économique pour l’Afrique, ainsi que plusieurs délégués originaires de différents pays le Gabon, le Maroc, les deux Congo… etc.

Différentes entreprises spécialisées dans ce secteur comme Panasonic, Bosch et Tesla ont été aussi représentées durant ce forum. Julien Paluku, le ministre congolais de l’Industrie, a assuré que pour qu’une usine de fabrication de batteries s’installe dans un pays, il faut plus de 110 millions de dollars à investir aux Etats-Unis, plus de 65 millions de dollars en Pologne et plus 111 millions de dollars en Chine. Au Congo, c’est plus de 35 millions de dollars, soit trois à deux fois moins que dans ces 3 pays.

M. Paluku, la demande mondiale est estimée entre 250 et 144 millions de véhicules qui ont une nécessité de batteries.

Selon le représentant du groupe financier, ces chiffres, qui ont été révélés dans le site web lors d’une étude de Bloomberg, affirment que le coût destiné au développement des usines des batteries est faible en République démocratique du Congo. Toutefois, il pourra ouvrir des opportunités en Afrique. Le représentant a affirmé qu’il est important de développer une chaîne de valeur des énergies propres et des batteries.