Les choix appartiennent à la République démocratique du Congo selon Eve Bazaiba

Les choix appartiennent à la République démocratique du Congo selon Eve Bazaiba

La République démocratique du Congo a dernièrement découvert des gisements de pétrole dans le parc national des Virunga, ainsi que dans l’Equateur, à Luki dans le Congo central et au niveau des deux Congo. Eve Bazaiba, la ministre congolaise de l’Environnement, est partagée entre la lutte contre le changement climatique et l’exploitation de ces gisements de pétrole. En effet, pour elle, la communauté internationale est tenue à apporter une réponse claire au manque à gagner social et économique. 

Le gouvernement doit faire son choix

La ministre congolaise de l’Environnement a assuré que les choix appartiennent aux autorités congolaises, en affirmant qu’il est important de protéger l’environnement aussi bien pour l’intérêt de l’humanité et du monde, mais aussi pour le propre intérêt du pays.

Toutefois, le Congo se trouve devant un dilemme. En effet, les réserves pétrolières constituent le baromètre économique quand un pays à un accès assez difficile à ces ressources, le prix des biens et des services montent. Par conséquent, c’est le coût de la vie qui est en hausse. Néanmoins, quand un pays a un accès facile au pétrole, ce sont les coûts des biens et des services qui baissent et les citoyens pourront avoir accès à un niveau de vie plus accessible.

Est-ce que le gouvernement devrait ne pas exploiter le pétrole afin de protéger l’environnement ?

Selon la ministre de l’Environnement, il est essentiel de mentionner qu’en protégeant l’environnement, cela ne servira pas uniquement le peuple congolais, mais aussi toute l’humanité tout en veillant à conserver la biodiversité et à capter les pollutions.

Eve Bazaiba affirme que le Congo vise à mettre sur la balance pétrole et coût de vie des citoyens congolais. Le pétrole devra rester dans le sol. Il est important de rappeler que au sein du pays il y a d’autres fonds et d’autres alternatives afin de développer l’économie congolaise. Toutefois, s’il n’existe aucune alternative, il ne faut pas considérer le pétrole comme des poissons dans l’aquarium. C’est pour cette raison que les autorités congolaises sont en train de parler avec les différents collaborateurs internationaux afin de développer le secteur financier et technique. Pour découvrir les perspectives économiques du RDC, vous pouvez consulter ce site web.