General

Sénégal : la survivance dépassée des villages des lépreux

September 22, 2021

D’après le journal de l’Afrique,  bien que le nombre de cas de lèpre a diminué dans le pays, 9 sites de reclassement social et d’isolement perdurent avec leur lot de discrimination. 

La situation des sites d’isolement pour les lépreux dans le pays 

Au sein de la cour de sa maison qui se trouve à plus de 80 Km de la capitale sénégalaise, Cheikh Fall n’hésite pas de partager un plat typique sénégalais avec ses petits enfants et ses enfants, qui sont tous en bonne santé. Âgé de 81 ans, Cheikh Fall qui a été amputé de plusieurs phalanges aux pieds et aux mains, raconte à chaque réunion familiale comment il est arrivé dans ce village dit d’isolement ou reclassement social durant les années 1960, après avoir attrapé la lèpre et avoir été chassé de son village natal. Il a affirmé qu’il a pu bénéficier d’un traitement durant cinq ans avant d’être déclaré guéri, puis il a reçu une partie d’un terrain dans le village, la où il s’est marié avec une femme qui elle également avait eu la lèpre. Il était soulagé à l’époque d’avoir l’opportunité de recommencer sa vie. Le couple a dû souffrir de la stigmatisation de leurs proches. En effet, avant, ils étaient obligés de se cacher toute la journée et ne sortir que durant le soir, vu qu’aucun médicament ne pouvait soigner la lèpre. Actuellement, plusieurs sénégalais savent qu’ils peuvent guérir rapidement en prenant les médicaments qu’il faut dès l’infestation.

L’évolution de la lèpre au Sénégal 

Le Sénégal est constitué de 9 sites de reclassement social dont celui de Touba Peykouk. Ces villages d’isolement pour les lépreux ont été créés durant la colonisation avant d’être régis par la loi 76-03 qui date de 1976 pour assurer l’isolement des malades du reste de la société afin d’arrêter la chaîne de transmission de la lèpre. Bien que la maladie ne pose plus de problème de santé publique au pays depuis 1995, ce statut existe toujours. En 2015, la maladie a été considérée comme éradiquée du pays, tandis que moins d’un cas pour 40 000 habitants a été enregistré. Le ministère de la Santé avait annoncé qu’en 2020 le pays a enregistré plus de 191 cas de lèpre sur plus de 17 millions d’habitants.

Le coordinateur du programme national d’élimination de la lèpre au sein du ministère de la Santé, docteur Louis Hyacinthe Zoubi, a affirmé que le nombre de cas de lèpre sont enregistrés dans différentes régions sénégalaises alors que seulement quelques cas ont été recensés au niveau des villages d’isolement.

Suite à ce constat, le 3 février dernier, le chef de l’Etat sénégalais a appelé le ministère à engager un processus d’abrogation du cadre juridique en relation avec ces villages de reclassement social afin de supprimer définitivement leur statut spécial avant la fin de mars 2021.

Découvrez les dernières actualités sénégalaises en cliquant ici.

You Might Also Like